Trouver son WHY de Simon Sinek, David Mead et Peter Docker (Editions Pearson 2018)

#WHY #SimonSinek #écouteactive #rédaction # intelligencecollective @Marie Polla

N’étant pas nécessairement convaincue par les gourous du management qui exposent leur interventions et publications comme des médailles, je n’ai pas été au bout de la logique et de la démarche de Simon Sinek, lorsqu’il l’a formalisée, qu’elle a été largement médiatisée et qu’elle est devenue virale.

Non contente de ne pas avoir été touchée par le virus des millions de vues de la vidéo de son intervention lors d’un TED-X, j’ai classé son auteur dans la catégorie des théoriciens « il faut qu’on, y’a qu’à », tellement éloigné des problématiques des entrepreneurs. J’ai eu tort.

Je ne remercierai jamais assez Marie Polla, qui m’a fait suffisamment confiance pour me demander d’être son partenaire de WHY, dans sa quête du Pourquoi, et de m’emmener dans son aventure personnelle et professionnelle.

Découvrez-la, épisode par épisode …

EPISODE 1 : découvrir son moteur (ou celui de son équipe)

Si je l’avais testé en tant qu’acteur – i.e. celui ou celle qui veut découvrir et formuler son pourquoi, la raison d’être, la cause ou la croyance qui le motive, j’aurai probablement attendu le conseil extérieur d’un coach ou d’un.e ami.e qui l’aurait essayé.e, qui aurait partagé son ressenti et son efficacité, et qui m’aurait incité à le faire moi-même …

Si l’objectif et la méthode me paraissent aujourd’hui évidents, il n’en était rien avant de la tester moi-même avec Marie.

Pourquoi ? Précisément parce que j’étais dans le « Quoi : ce que je fais » et dans le Comment : comment je le fais ». Arriver à me poser la question de cette dimension supérieure voire originelle du Pourquoi me semblait superflue, voire relever d’une nième technique de buzz managérial.

Pourquoi m’avoir choisie en tant que partenaire du WHY ? Ayant réalisé beaucoup de portraits de femmes et d’hommes entrepreneurs, je suis dans l’écoute active, dans le non-jugement et dans la mise en valeur. Mon objectif est de révéler – par l’interview et la rédaction – qui est derrière le parcours professionnel, sans intrusion, mais en confiance. Vous le verrez par la suite ces capacités d’écoute active et d’esprit de synthèse sont essentielles pour être un bon partenaire du WHY.

EPISODE 2 : découvrir la méthode afin de définir son Pourquoi

Commencer par visionner la vidéo de Simon Sinek est un excellent début : par des exemples concrets, qui parlent à nous tous et toutes, Simon Sinek définit le cercle d’or de toute organisation, ou de tout individu, et démontre que la réussite, l’épanouissement personnel et professionnel ne s’atteignent – sur la durée – que si le « Pourquoi » nous guide :

Pourquoi mon entreprise existe-t-elle ? Pourquoi je me lève chaque matin ?

En résumé, toute organisation et toute carrière fonctionne selon trois niveaux : ce que nous faisons, comment nous le faisons et pourquoi nous le faisons. Nous savons tous ce que nous faisons, certains comment nous le faisons mais peu sont ceux qui peuvent exprimer clairement pourquoi nous le faisons. Pour gagner de l’argent ?

Gagner de l’argent n’est qu’une conséquence, il y a aussi un pourquoi derrière le fait de vouloir gagner de l’argent : pour partir en voyage, pour l’éducation de nos enfants … ?

Le cercle d’or formalise ces trois niveaux d’engagement et les relie au fonctionnement de notre cerveau. Le Quoi correspond à la couche externe du cerveau – le néocortex – qui régit la pensée analytique et rationnelle, pour saisir les faits, les chiffes, les avantages et la maitrise du langage.

Le Pourquoi et le Comment quant à eux correspondent à la zone centrale du cerveau, appelé système limbique, qui gèrent nos comportements, nos prises de décision ainsi que nos sentiments, parmi lesquels la confiance et la loyauté.

Extraits du livre : « Trouver son pourquoi » par Simon Sinek, David Mead et Peter Docker – Editions Pearson 2018

Le cerveau limbique n’étant doté d’aucune capacité langagière, la méthode du Pourquoi consiste à mettre des mots sur ce qui ne peut s’exprimer seul, de manière rationnelle et immédiate, ce qui nous pousse à agir, donc à définir notre Pourquoi.

Extraits du livre : « Trouver son pourquoi » par Simon Sinek, David Mead et Peter Docker – Editions Pearson 2018

Après avoir identifié votre Pourquoi vous serez capables d’exprimer ce qui vous comble, ce qui dicte votre comportement lorsque vous êtes à votre optimum naturel. Vous ferez des choix plus intentionnels pour votre entreprise, votre carrière et votre vie. Vous inciterez les autres à acheter vos produits – à travailler avec vous et à rallier votre cause.

C’est parti ? Vous me suivez ?

EPISODE 3 : comment aborder son Pourquoi 

« Votre vision ne se réalisera que si vous la formulez à haute voix. Si vous la gardez pour vous, elle restera une simple vue de l’esprit. »

Le postulat est simple : chacun de nous possède un Pourquoi, i.e. une raison d’être, une cause ou une croyance profonde qui est à la source de notre passion et de notre inspiration.

Marie m’ayant fait confiance pour être son partenaire dans sa recherche de son Pourquoi, nous nous sommes d’abord rencontrées pour échanger sur ses objectifs et la méthode à suivre.

Il n’est absolument pas nécessaire de connaître l’acteur du Pourquoi bien au contraire. Je n’avais assisté qu’à un seul atelier en intelligence collective de Marie. Je ne savais rien de son histoire, ni de son parcours mais nous étions sur la même longueur d’ondes. Marie sait partager et motiver ses partenaires à collaborer avec elle : elle est clairement moteur en l’intelligence collective, ce qui m’a beaucoup plu.

J’ai « investi » dans le livre de présentation de la méthode de Simon Sinek « Trouver son pourquoi » par Simon Sinek, David Mead et Peter Docker et m’y suis plongée. La méthode s’applique à la recherche du Pourquoi que ce soit à titre individuel ou pour une équipe (vous passez alors en mode tribal).

Le livre est très accessible et clairement conçu.

Il se distribue en un tronc commun puis en deux sections, l’une propre à l’individu et l’autre à l’équipe. Il contient des infographies et beaucoup d’exemples, certes nord-américains mais facilement adaptables au mode européen. Il détaille la méthode du point de vue de l’acteur et du partenaire et reprend en fin de livre les conseils et questions que celui-ci peut poser à l’acteur du Pourquoi.

EPISODE 4 : préparer la séance pour poser les bonnes questions

Comme l’écrivent les auteurs du livre de Simon Sinek, David Mead et Peter Docker, l’acteur de son Pourquoi, celui qui le cherche et vous demande de le trouver avec lui, vous fait un formidable cadeau.

C’est de cette manière que je l’ai vécu. Marie m’a offert la possibilité de l’aider, mais bien plus, de vivre une formidable expérience, humaine et professionnelle.

Mon métier consiste à donner du sens aux messages des entrepreneurs, par l’écrit.

Je suis spécialiste en communication et en rédaction. J’ai développé une écoute active, je sais gérer les silences, approfondir le cas échéant, ou ne pas aller plus loin si le sujet se révèle trop personnel voire « politiquement incorrect ».

La mission de Marie dans le cadre du WHY était de faire revenir à sa mémoire des anecdotes de moments clés de son parcours, positifs ou négatifs, heureux ou malheureux, mais chargés en émotions. Ce ne devait pas être la partie rationnelle de son cerveau qui devait parler mais bien l’émotionnelle.

Le plus gros du travail résidait pour Marie à essayer l’une ou l’autre de deux méthodes explicitées dans le livre pour faire revenir les souvenirs les plus marquants : méthode 1, « les montagnes russes » ou méthode 2, la réactivation de la mémoire à travers des questions servant d’aide, celle-ci étant plus thématique que la première.

Ce sont par exemple :

  • Quelles sont les personnes rencontrées au cours de votre vie qui ont contribué à faire ce que vous êtes aujourd’hui ? Qu’admirez-vous le plus en elle ?
  • Pensez à la pire journée que vous avez vécu dans le cadre de votre travail
  • Quel évènement avez-vous adoré à l’école ?
  • Quel événement a-t-il constitué un tournant dans votre vie ?
  • Avez-vous réalisé un projet dont vous soyez réellement fier ? …

Ce qui importe est la qualité du souvenir, les détails et l’émotion ressentie en la relatant.

Mon cadeau était là, il m’était offert, de même que mon envie, mon enthousiasme, et mon énergie à réaliser cette démarche avec elle. La pression aussi.

Aller à la rencontre de son WHY est une recherche éminemment personnelle et tellement importante, voire décisive, que je me mettais à la place de Marie et ne voulais pas faillir en tant que partenaire.

La méthode est très claire et détaille très bien les différentes étapes et rôles du partenaire. Je devais l’écouter, sans jugement mais aussi prendre des notes, noter les indices non verbaux (expressions du visage, expressions corporelles, silences, ton de la voix etc.) et lui poser les questions qui allait lui permettre de révéler son pourquoi, sans lui demander Pourquoi …

Oui, vous avez bien lu : découvrir son Pourquoi se passe de pourquoi.

Il faut :

  • Privilégier les questions ouvertes,
  • Éviter les questions en pourquoi et préférer les « qu’est-ce que », ou les questions du type :

Quand est-ce que cela s’est produit ? Qu’avait donc cet évènement de si particulier ? Qui étaient les autres protagonistes ? Qu’ont-ils changé dans votre vie ? En quoi cette expérience vous a-t-elle transformé …

EPISODE 5 : être un bon partenaire du WHY.

Favoriser l’expression libre, poser les bonnes questions pour définir la contribution et l’impact

Ce Pourquoi, votre Pourquoi finit de se définir entre 16 et 19 ans. Il ne change pas.

Néanmoins, les anecdotes sont celles de votre vie : de l’enfance à des moments très récents, dans la mesure où ils sont chargés en émotions, où ils vous ont fait vibré ou rémué, en bien ou en mal.

Pour mener à bien cette séance de réveil des souvenirs, Marie avait choisi une « cantine-coopérative », qui propose une cuisine créative et locale, des citronnades maison rafraichissantes et qui, de surcroît, s’ouvrait sur un large espace ouvert au vent. En cette journée de canicule, ce fut appréciable.

Notre séance de maïeutique a duré trois heures …

J’avais préparé la séance en relisant les passages les plus importants du rôle du partenaire que j’avais surligné au fur et à mesure de la lecture.

La méthodologie était claire.

Marie avait – quant à elle – listé les souvenirs les plus marquants, dans les grandes lignes, en utilisant les deux méthodes, celle des montagnes russes et celle des thématiques.

Elle s’est livrée à partir de la base, le souvenir, en l’étoffant par mes questions. Elle s’est parfois aidée de photos pour replonger dans ses souvenirs et revenir en son for intérieur. Cette initiative, qui ne faisait pas partie de la méthode de Simon Sinek, a fonctionné pour Marie et fonctionnerait sûrement pour d’autres. Nous sommes d’ailleurs tous deux persuadées que les auteurs du livre seraient enchantés et preneurs de ce type de propositions d’élargissement, au-delà de leurs préconisations.

Je savais que les questions étaient pertinentes et suffisantes quant la charge émotionnelle était forte.

Plus de 10 pages de mon cahier ont été recouvertes de souvenirs, d’images, de ses proches, de lieux, de lumières, d’odeurs, de la configuration des espaces … et des émotions provoquées par ses souvenirs, qu’elles soient positives ou négatives.

Les auteurs conseillent de diviser la feuille de note en deux : Faits / Significations, pour pouvoir les identifier au fur et à mesure.

Ils donnent par exemple :

Faits : en 2010, elle a organisé un séminaire off site à la station de ski d’Aspen

Signification : cohésion de groupe, rassembler tous les collègues etc.

Concrètement, c’est difficile voire impossible. D’après moi la prise de notes est instantanée et continue et ne peut s’interrompre par l’analyse de la signification de chacun des faits. D’autant qu’il n’est pas aisé d’écouter, de poser des questions ouvertes pertinentes, de noter les mots et expressions (pour en relever les récurrences, dans un deuxième temps) et les expressions corporelles … en restant efficace et concentrée.

Nous avons réussi à formuler son Pourquoi en adoptant notre méthode, plus ouverte et plus libre, en restant centrées sur les émotions éprouvées.

Marie-Anne Fourot – ©Hy-phen.ch

EPISODE 6 : l’après maïeutique : la formulation du WHY

Dans chaque anecdote, je devais repérer la contribution : ce que l’acteur du WHY, Marie, apporte ou reçoit, et l’impact : quel effet en a découlé pour elle ou pour les autres.

Ce sont les composantes fondamentales du Pourquoi.

Pour Simon Sinek, sa contribution est : « Inciter les gens à faire ce qui les inspire » et son impact : « de manière à ce qu’ensemble nous puissions changer le monde ».

A la fin de la séance d’évocation, le rôle central du partenaire prenait tout son sens et « la magie opérait » ! Je fus déjà capable d’identifier les mots, expressions clés qu’elle avait repris et les thèmes récurrents des souvenirs de Marie, alors que notre échange avait duré 3 heures en ininterrompu et que l’évocation de ses souvenirs avait été très fructueuse.

Je la vis constater avec joie et étonnement que j’avais relevé les thèmes communs à au moins deux souvenirs et qu’en l’état, ils pouvaient faire partie des 5 WHY de la liste finale, pour devenir son WHY.

Identifier les thèmes récurrents

J’ai repris l’entier de mes notes manuscrites sur traitement de texte, souvenir après souvenir, en spécifiant les expressions corporelles en italique, en identifiant les thèmes récurrents en couleur, sur 10 pages. Peut-être à ce moment-là aurai-je pu retraiter l’information en deux colonnes « faits-significations », comme le proposaient Simon Sinek, David Mead et Peter Docker, mais nous étions déjà bien plus avancées.

Je notais avec satisfaction et contentement que les thèmes que j’avais relevés « à chaud » étaient pertinents une fois posés noir sur blanc.

Ebaucher le pourquoi

Nous nous sommes revus pour une séance de débriefing en reprenant mon document Word. Marie m’a confié que de relire tous ses souvenirs sur papier l’avait fortement émue.

Par contagion, cela m’a fait extrêmement plaisir : le cadeau mutuel était bien là.

Nous avons repris les thèmes qui étaient récurrents dans au moins deux anecdotes, à priori sans rapport, et avons conservé quatre idées, y compris en les dessinant.

En échangeant sur ce qui compte pour Marie, ce qui lui tient à cœur, nous n’avons gardé que deux thèmes, l’un décliné en contribution et l’autre en impact. Ceux que nous n’avions pas retenu serviraient au Comment et au Quoi.

Ensuite et presque enfin, nous avons formulé son Pourquoi chacune de notre côté, pour garder la richesse de nos deux façons de penser et de le formuler.

Nous les avons confrontées pour ne garder qu’une formulation, celle qui lui parlait le plus, qui résonnait en elle.

Son Pourquoi était défini !

Il s’agissait désormais pour Marie d’affiner son Pourquoi auprès de ses proches, en le testant.

Souvenez-vous : « votre vision ne se réalisera que si vous la formulez à haute voix. Si vous la gardez pour vous, elle restera une simple vue de l’esprit. »

Si vous voulez savoir quel est le WHY de Marie Polla, rendez-vous sur sa page LinkedIn et découvrez l’article qu’elle a écrit du point de vue de l’acteur du WHY.

La seule chose que je peux dévoiler, c’est ce qu’elle m’a dit peu après : « Je suis en train de tester notre/mon WHY, il devient de plus en plus comme une évidence. »

Conclusion : cette expérience a été une formidable aventure humaine, aussi courte soit elle. Elle m’a énormément enrichie.

J’espère fortement pouvoir la reconduire avec un.e autre acteur.trice du WHY, en tant que partenaire. C’est très impliquant en termes de temps et d’énergie mais tellement rémunérateur/productif en termes d’apport personnel et professionnel.

Rencontrons-nous pour mener ensemble la découverte de votre WHY, de votre Pourquoi, de votre raison d’être, cause ou croyance profonde, ce qui est à la source de votre passion et de votre inspiration.