+41 79 694 33 25 contact@hy-phen.ch

Le Robin des Bois du change

Jean-Marc SABET

 

Las d’oeuvrer pour un secteur qui spécule et qui rapporte plus à ses acteurs qu’à ses bénéficiaires, Jean-Marc Sabet donne un coup de pied dans la fourmilière bancaire en créant en 2006 , b-Sharpe, fintech qui réduit de 70% les frais liés aux transactions de change, sans abonnement, ni engagement. Portrait d’un révolutionnaire sans égo.

Après des études généralistes d’école de commerce à Lausanne, cet autodidacte du secteur bancaire fait ses premières armes en trader cambiste auprès d’UBS et devient spécialiste des opérations sur devises au sein de différents établissements bancaires de la place. Passionné par son secteur et son métier, ce « self-made man » réalise néanmoins que sa destinée ne se fera pas pour la sacro-sainte banque mais à son compte. Il fonde alors en 1998, avec son frère, sa première société : Synthésis (revendue à Saxo Bank) pour le mener à b-Sharpe en 2006 lui qui ambitionne de révolutionner le secteur bancaire, en démocratisant le change de devises en ligne.

b-Sharpe … ou l’ubérisation du change de devises

b-Sharpe signifie littéralement « sois affuté ». Jean-Marc Sabet sait de quoi il parle, lui qui a monté sa société un an avant la première crise des « subprimes » et en a vécu deux autres, dont celle de 2011 (année où la BNS fixa le taux plancher à 1,20 francs suisses pour un euro). Jean-Marc Sabet a fondé b-Sharpe mu par une véritable révolution économique et philosophique, celle de créer de la valeur, plutôt que de spéculer.

A ses débuts, b-Sharpe ne compte que deux associés et 400 clients institutionnels. Aujourd’hui, 11 ans plus tard, forte de ses 7 collaborateurs, la PME genevoise gère un portefeuille de 5’000 clients, principalement des frontaliers – infirmières, cadres ou enseignants – qui frustrés des conditions de leur établissement financier habituel se sont tournés vers b-Sharpe et ce, plus encore dès 2015, à l’abandon du taux plancher.

Une dématérialisation qui profite à tous, aux frontaliers comme aux entreprises

La fintech, qui développe sa plateforme propriétaire d’e-banking, de trading et de paiements en multi-devises, a à coeur de recevoir ses clients au centre ville de Genève et de ne pas décentraliser son centre d’appel. Incarnant des valeurs fortes, de proximité, de crédibilité, de transparence (en affichant en temps réel le taux de change et la marge appliquée), elle est aussi la seule à s’être dotée d’une assurance qui couvre les transactions contre la fraude, le hacking ou le détournement, même interne.

Jean-Marc Sabet a l’ambition de sa révolution : à court terme, il souhaite que ses services puissent être disponibles via une application mobile ; à moyen et long terme, il souhaite pouvoir bénéficier d’une licence bancaire « light » puis européenne afin de se développer en Suisse puis en Europe.

Publication réservée aux membres du Frontalier Magazine – Décembre 2017